Montage de véhicules : Le Gouvernement convoque les investisseurs victimes de Ouyahia et Sellal…


Selon ce que rapporte le site Ennahar Online, ce mercredi 15 janvier, il s’agit particulièrement des investisseurs lésés qui s’étaient constitués partie civile dans le procès « Montage de Véhicules ». La Justice avait, rappelons-le, considéré que la majorité des bénéficiaires des licences ne remplissaient pas les conditions du cahier des charges, alors que d’autres avec toutes les conditions requises ont tout simplement été exclus

Selon le même site, les services du ministère de l’Industrie ont commencé à convoquer les investisseurs exclus durant la période 2015 – 2019. Et ce, souligne la même source, « afin de réétudier leurs dossiers après que les marques dans lesquelles ils envisageaient d’investir eurent été accordées à d’autres hommes d’affaires et entreprises »

Rebrab et Achaibou  

Bien qu’aucun nom d’entreprise n’ait été communiqué, il est utile de rappeler que parmi les investisseurs qui s’étaient constitués partie civile lors du procès « Montage de Véhicules », figurent Abdelhamid Achaibou qui avait instruit un dossier pour exploiter la marque « Kia », mais aussi Amar Rebrab qui envisageait d’exploiter la marque « Hyundai » ou encore « Emin Auto » et avait instruit des dossiers pour les licences « SsangYong », « Jack » et autres…